Twilight rpg- Twilight Shadows

Twilight Shadows se déroule 6 ans après Breaking Dawn... de nombreuses péripéties attendent les Cullen
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Aaron Nathanaël Wilde; sa vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Aaron N.Wilde
Admin charmant ♫


Localisation : Forks
Messages : 124
Date d'inscription : 15/12/2011
MessageSujet: Aaron Nathanaël Wilde; sa vie   Sam 17 Déc - 8:57

Validé




AARON NATHANAËL WILDE





*Nom: Wilde
*Prénom: Aaron Nathanaël
*Surnom: Ron ou Nath

*Âge d'apparence: 17
*Âge réel: 14
*Nationalité: Americaine

*Groupe: Hybride
*Métier/Étude: lycéen
*Statut: célibataire
*Don: Capacité à séduire toute personne au delà de la simple attirance physique, mais il devient alors vulnérable à toute attaque extérieur, puisqu'il se trouve essentiellement concentré sur la personne qu'il séduit. Entre eux se crée un lien particulier, dont-il ne connait pas encore toute l'étendu. Pour le moment ce dernier se rompt lorsqu'il n'ai plus au prés de la personne ou qu'il ne se sert plus de son don sur elle.

*Nom de l'acteur:alex pettyfer





Histoire



Chap I : Commencement…

Il y a toujours un début à chaque histoire, la mienne a commençait par une grande histoire d’amour. Oh non inutile de vous réjouir, il ne s’agit pas d’un compte de fée ou l’on termine l’histoire par ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfant. Pourtant ce n’était pas l’envie qui manquait à c’est deux amant. Mais on ne peut pas toujours avoir ce qu’on souhaite.

L’histoire qui va s’écrire devant vos yeux débute au Mexique, elle ne racontera pas l’histoire d’amour à laquelle vous pourriez vous attendre, non, elle comptera l’aboutissement de la vie de ce couple si atypique dans leur désir d’enfant et ce qu’ils seront prêts a faire pour le protéger, pour me protéger. Oui c’est mon histoire que je vais vous raconté.

Ma vie à pris forme, lorsque mes parents ce sont mit en relation avec un homme, qui était du même monde qu’eux. C’est cet homme qui leur à permit de me faire venir au monde.


Chap II : Ma venue au monde…

Il serait difficile de vous décrire, avec mes mots, ma venue au monde le 26 avril 1997. Pourtant, je me souviens d’une chose, son regard tendre et aimant posé sur moi, sa première caresse du revers de sa main froide sur ma joue, son sourire lorsque l’on ma déposé dans ses bras. Tout cet amour qui m’était adressé, à moi, son fils. C’est le souvenir que j’ai retenu de ce jour et rien d’autre. Je n’étais qu’un nouveau née, de quoi aurais-je pu me souvenir d’autre.

Et pourtant, il y aurait des choses à dire de cette journée, des faits que mes parents mon raconté depuis et ceux avec toujours beaucoup d’émotions. Ainsi, j’ai appris que la femme qui m’avait donné, est morte en couche, mais tel était son destin selon mon père. Pour lui, elle n’avait vécu que pour me permettre de voir le jour, me porter en elle, ce que ma mère n’était malheureusement pas en mesure de faire. Peut être vous demandez pourquoi, et cela peut se comprendre. D’une certaine façon, ma mère, Brittany Wilde, est stérile. Sa condition fait qu’elle ne change plus et ne changera plus jamais. Ma mère est une immortelle, tout comme mon père. A la différence que Théodor est aussi mon père Biologique.

Ce jour là, est celui ou ma mère a retrouvé son sourire et sa joie de vivre. Comme si on lui avait donné la possibilité d’une seconde vie, d’un second souffle. Enfin c’est toujours ainsi que mon père en parle et à chaque fois qu’il me raconte cette histoire, je peu voir l’émotion qu’il ressent, comme si lui aussi avait recommençait à vivre avec ma venu.


Chap III : Mon enfance…

J’ai donc fait mes premiers pas au Mexique, dans l’une des maisons Joham. C’est l’homme qui à contribué à ma venue au monde. C’est lui qui à permis au rêve de ma mère de devenir réalité.

Je n’étais pas ce que l’on pouvait appeler un « enfant ordinaire », même si je ne savais pas trop bien ce que signifier « ordinaire » à cette époque. Je savais juste que ma mère était chaque jour émerveillée de la vitesse à laquelle je grandissais. Il faut dire que je grandissais vraiment très vitre. A 2 jours à peine, je paraissais déjà l’âge d’un bébé de 2 mois. C’est ce que ma mère me répéta souvent par la suite. C’est ainsi que j’ai pu comprendre que cela l’avait travaillé, elle ne me l’a jamais montré, mais je ressentais que par moment cela l’effrayait. Heureusement que Jennifer était la pour la rassurer qu’en a ce que j’allais devenir par la suite.

Vous vous demandez surement qui est Jennifer. C’est l’une des filles de Joham. Elle aussi très vite devenu comme une sœur pour moi. Elle m’a aidé à m’habituer à ce que je suis : un hybride. Mais à surtout rassurer ma mère. C’est avec elles deux que j’ai passé ma première année. J’étais la coqueluche de la maison. Il n’y en avait que pour moi. Et je ne parle pas de cela que du point de vu de mes parents et de Ma sœur adoptive. Non. Joham semblait me porter un certain intérêt, un très grand intérêt d’ailleurs. Je me souviens d’ailleurs que parfois il m’emmenait à l’écart. Surtout dans les moments où je dormais et que ma mère me croyait endormis. En fait je me trouvais dans le bureau de Joham et se dernier m’observait sous toutes les coutures. Moi je prenais ça comme un jeu, jusqu’au jour ou ma mère à découvert ce que faisait Joham et qu’elle c’est mise en colère. Ce jour là je n’ai pas trouvé cela amusant du tout. Je venais d’avoir 4 mois, mais lorsque l’on me regardait j’en faisais déjà largement 1 ou 2 an.

Ce jour là, nous avons quitté le Mexique et la famille Mapuche. Ce jour là, j’ai versé mes premières larmes. Je quitté ma sœur et je ne savais pas quand je serais en mesure de la revoir ni si je la révérais un jour. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi nous partions. Mais j’avais confiance en mes parents, je les aimais beaucoup. Alors si il jugé bon je partir, je ne disais rien. Oui car j’aurais été en mesure de leur dire non. C’était le troisième mot que j’avais appris à dire après maman et Jen. Et cela m’avais beaucoup amusé de voir leur réaction à tous à chaque fois que je disais non. Mais ce jour là, je n’avais rien dit, j’avais juste pleuré.


Chap IV : Voyages…
A partir de ce jour, notre vie n’a plus jamais été la même. Nous nous sommes mis à voyager à travers le monde. Nous ne restions jamais très longtemps dans un même pays, sans quoi ma croissance aurait pu paraitre suspecte aux yeux des habitants des villes dans lesquelles nous nous installions. Aussi des que les regards devenaient suspicieux envers moi ou beaucoup trop curieux, nous déménagions de nouveau pour un nouveau pays. Je dois dire que je n’ai pas trop eu à me plaindre de cette situation, je trouvais cela plutôt intéressant même.

Le fait de voyage m’a beaucoup aidé, je pense, dans mon développement. Même si je n’avais pas vraiment besoin de cela. J’avais un peu la sensation de recommencer une nouvelle vie dans chaque nouvelle ville. Un peu comme si j’avais l’occasion de pouvoir être une autre personne, avec une autre vie. Il fallait dire aussi que j’étais différent de mes parents, car si eux ne pouvais pas toujours s’exposer à la lumière, ce qui de suite les aurait fait paraître bien trop scintillant aux yeux des humains, pour moi cela en était très largement modéré et donc beaucoup plus discret, voir même imperceptible. Ce qui me permettait donc de vivre « normalement », d’avoir une scolarité et de paraître « normal » aux yeux de mes camarades de classe. D’ailleurs il y avait une chose qui m’amusé beaucoup dans le fait d’aller à l’école, voir les jeunes filles me tourner autour, comme si les autres garçons n’existaient pas. Maman m’avait dit que c’était le charme des vampires qui produisait un tel effet. Mais cela n’avait jamais affecté le fait que je me faisais des amis, sans que ces dernier soit jaloux plus que nécessaire de mon succès auprès de la gentes féminines. Comme si j’avais pu avoir un impacte sur eux aussi. Ce qui me paraissait complètement impossible. Mais il y avait tellement de chose improbable dans mon monde, que peu de chose pouvait encore m’étonner.

Mais voilà, même si j’adorais vraiment ma vie telle que je la vivais. J’éprouvais quand même un vide, Jen me manquais beaucoup. Et même si ma mère ne m’en parlait pas je savais qu’elle était au courant que cette absence me pesait. Je savais aussi qu’elle se le reprochait un peu. Mais nous avions eu l’occasion de reparler de ce qui c’était alors passé à l’époque et de comment papa et elle voyait les choses qu’en a Joham et sa façon d’être. De comment et pourquoi il était venu à lui demander de l’aider à lui et ce qui avait fait que nous étions partit. Et j’en comprenais tout à fait les raison et je respectais vraiment leur choix. Je crois que ma vie n’aurais pas été aussi formidable si nous étions resté au Mexique. Mais cela n’enlever rien au fait que ma sœur adoptive me manquait énormément. Peut être aussi que ce fut la culpabilité de ma mère vis-à-vis de ça, qui, au bout de treize ans de voyage l’incita à me demander dans quelle ville je voulais que l’on pose définitivement nos valises. Il faut dire aussi que ma croissance c’était beaucoup ralenti. Oui je changeais toujours, mais cela était beaucoup moins perceptible. Si j’avais treize ans réellement, j’en paraissais déjà dix-sept. Et selon ce que mes parents avaient appris de Joham, mon apparence physique ne changerait plus beaucoup et s’arrêterait définitivement lorsque j’atteindrais mes dix-sept ans. Donc rester en un même en droit devenait beaucoup plus facile à réaliser. J’avais accepté cette proposition avec beaucoup de joie. Et j’avais choisi la vie de Paris. Je trouvais que c’était la ville qui me correspondait le plus.

C’est donc à Paris que s’arrêta notre vie de Nomade.


Chap V : Une rencontre, un ultimatum…

Nous nous étions donc installés à Paris, et j’avais intégré le lycée Montaigne, réputé pour sa grande variété et sa classe. Nous avions un vrai chez nous et il resterait notre chez nous pour longtemps, du moins le plus longtemps possible. Pas évident lorsque l’on est un vampire de rester plus de dix ans au même endroit non plus, mais c’était déjà un nouveau commencement pour moi, car j’étais sur que nous resterions plus d’un an à Paris. Et j’avais encore tellement à apprendre de cette ville, que cela me réjouissait d’avance.

Nous nous étions bien intégré à la vie parisienne, enfin surtout moi, j’avais un peu plus de chance de se coté là. Oui pas évident de vivre avec des humains lorsqu’ils représentent votre principale source d’alimentation. Moi j’avais la chance d’avoir besoin de manger comme eux pour contenter mon corps, mais il n’en resté pas moi qu’il fallait aussi que je contente ma part vampire. Et j’aimais beaucoup c’est partit de chasse que nous faisions en famille à la campagne. C’était notre version à nous du pique-nique.

Mais voilà, il semble que le destin en ait décidé autrement de notre petite vie de famille tranquille. Car un matin, alors que rien ne laissé à prévoir que le cours des choses pourrait un jour changer, alors que je croyais qu’enfin je pourrais avoir ma vie à moi, de la façon dont je l’entendais. Ils ont fait leur apparition un soir, vêtu de leur cape noir, tel une ombre menaçante sur la nuit. Il ne me fut pas très difficile de comprendre que leur intention envers nous, n’étaient pas des plus amicale. D’ailleurs, cela nous fut clairement dit. Ils avaient appris notre existence, ou plutôt mon existence, car ils suivaient de près ce fameux Joham et ses expériences. Mais cela ne changea pas le fait que notre sort avait déjà été décidé bien avant leur venu sur place, du moins celui de mes parents, le mien semblait tout autre. Pourtant il n’était pas question que le sort de mes parents soit différent du mien. S’il devait mourir, je mourais avec eux. Aussi m’étais-je mit à genoux devant celui qui semblait être leur chef et l’avais-je supplié de me donner la mort. Je perçu alors chez lui un changement, surtout dans son regard, comme si mes paroles ou mon geste avait pu avoir un telle impacte sur lui. Ce dont je doutais fort. Et pourtant, il m’a sourit comme si je l’avais charmé. Mais il reprit alors même apparence froid et cruelle qu’a son arrivé lorsqu’une jeune femme posa sa main sur son épaule. Comme si ce simple contacte lui avait permit de reprendre ses esprits. Je vis alors se former sur son visage un sourire de satisfaction intense, avant de le voir me tourner le dos et se réunir avec ceux qui semblaient être ses égales en matière de pouvoir. J’avais alors rejoint mes parents persuadais, au fond de moi, que c’était la dernière fois que nous étions ensemble. Lorsqu’enfin les hommes en noir, comme je les avais surnommés à leur arrivé, se présentèrent sous le nom des Volturi et Aro, celui que j’avais identifié comme leur chef nous fit part de leur verdict.

Un ultimatum nous fut alors posé, au plutôt me fut posé. Il acceptait de nous laisser en vie, si j’accepté de le suivre. M’expliquant alors qu’il lui semblait que j’avais été pourvu d’un don et qu’il souhaitait m’enseigner à l’utiliser. Je dois avouer que je n’en comprenais pas tout les enjeux, je ne voyais pas trop ce que cela pouvait lui apporter, mais je n’eu pas trop à réfléchir, il s’agissait de la survit de ma famille. J’acceptais alors son offre.


Chap VI: Volterra…

Ma vie changeait de nouveau, prenant un tournant tout à fait inattendu. Quittant à nouveau une ville pour une autre, ce qui était devenu une habitude pour moi. Je dis au revoir à Paris et nous fûmes conduit à Voltera en Italie. Je connaissais l’Italie pour y avoir déjà posé le pied, mais cette ville m’était encore inconnue. Elle était, semblait-il, leur ville, le « repère » des Volturi. Au cours du voyage, j’avais appris qui ils représentaient aux yeux de notre société. Mes parents m’avaient expliqué qu’ils étaient un peu comme les dirigeants du monde vampire, qu’ils gardaient un œil sur nos activités. J’eu vent de la fameuse histoire des enfants vampires, ce qui me donna alors une étendu infime de ce dont ils étaient capables. Nous fume conduit dans leur demeure.

Je ne pensais pas qu’il existait de clan aussi grand et aussi bien organisé. Il y a une certaine hiérarchie. Si j’ai bien tout compris de ce que l’on essaye de m’enseigner, il y a les trois rois, leurs garde personnelle et après les gardes et membre du clan. Chacun ayant une cape de couleur définissant leur grade si on peu dire. Mais bon ce n’était pas ce que l’on voulait m’enseigner lorsque l’on m’avait obligé à venir ici. On m’avait confié à une jeune femme, bien qu’il m’ait été totalement impossible de dire son âge réel. Heidi, puisque c’était son prénom, fut donc celle qui devait m’apprendre à maîtriser mon don. Pourquoi elle plus qu’une autre. Pour la simple et bonne raison, que notre don semblait similaire : la séduction. Et que donc les rois avaient jugé qu’elle serait plus apte à me l’enseigner. Mais peut-on vraiment enseigner à quelqu’un comment ce servir de son don ou simplement lui donner les conseils qui lui permettrons de pouvoir s’en servir. Je ne savais pas trop en quoi consisterait ses cours, mais je savais que cela permettait à mes parents de continuer à vivre et c’était ce qui compté le plus à mes yeux en ce jour.

Cela faisait à présent plus de 7 mois que j’avais été conduit à Voltera et que je passais tout mon temps avec Heidi dans l’une des pièces de la demeures. Oh bien entendu je ne m’exerçais pas sur elle. Non elle attirait de jeunes victimes par le biais de son don, afin qu’elles me servent de cobaye. Oh bien sur, elles servaient de diner par la suite.

Pour ce qui était de mon don, je savais à présent que pour que ce dernier fonctionne, il fallait que je sois vulnérable. En effet la première fois que je l’avais utilisé, ou du moins que j’en avais eu conscience, c’était lorsque j’avais supplié Aro de m’infliger le même sort qu’a mes parents. Mon corps était alors sans défense et mon don avait, l’espace d’un instant, été activé. Il fallait donc que je sois concentré plus sur mon esprit que sur mon corps. Donc oublier ce qui m’entourait et me focaliser sur la personne que je désirais séduire avant tout. J’avais remarqué qu’autour de moi se formé comme une aura, un rayonnement. Heidi m’avait rit au nez lorsque je le lui avais dit, ce qui me fit donc comprendre que j’étais le seul à percevoir cette lumière. Et j’en déduis alors que ce devait être cette énergie qui attirait à moi la personne que je souhaitais séduire. Je n’étais en mesure de ne séduire qu’une seule personne. Car entre elle et moi s’établissait alors comme un lien et que les choses autours de nous devienne sans intérêt, comme si nous étions dans une bulle. Du moins c’est la sensation que j’en ai à chaque fois, je ne sais pas trop ce que l’autre personne peut ressentir. Il faut dire qu’on ne leur laisse pas vraiment l’occasion de nous le décrire. Je sais aussi que ce lien n’a d’existence qu’en ma présence, il se rompt quand mon aura disparait ou alors perdure légèrement si l’exercice est prolongé, mais est définitivement rompu lorsque la personne ne se trouve plus en ma présence. Du moins je ne le ressens plus. (Peut-être aurait-il fallu creuser cela d’un peu plus près, afin d’en connaître l’étendu exacte)

Puis par la suite, qu’en je me suis montré capable de maîtriser un temps soit peut mon don, nous avons quitté les murs de la demeure pour l’extérieur afin que je l’utilise entouré d’autre personne. Elle voulait savoir si l’environnement pouvait influencer mon don, si le fait de me trouver en présence de plus de deux personnes me perturbais ou perturbait mon don. Ce qui ne se révéla pas être le cas.


Chap VII : Nouvel ultimatum et nouveau départ…

Plus d’un mois après, ma famille et moi, fûmes convoqué par les rois dans la salle des trônes. Ces derniers ayant jugé que j’étais enfin prêt. Mais prêt pour quoi je l’ignorais encore. Jusqu'à présent, je m’étais résolu au fait, que tout comme Joham, ils souhaitaient juste m’étudier moi et mon don d’un peu plus près. Et que cela m’avais permit d’épargner la vie de mes parents. Mais voilà, il sembla que je m’étais trompé. Ce jour là, Aro nous révéla la raison de notre survit et ce pourquoi il m’avait permit d’apprendre à me servir de mon don. Il avait un but très particulier et il avait vu en moi le moyen de parvenir à ses fins.

Alors que j’avais cru notre famille tiré d’affaire, de nouveau un ultimatum se posé. Je devais accepter la mission que l’on me confier sans quoi la vie de mes parents serait de nouveau menacée. Je ne connaissais pas encore la mission en elle-même, mais encore une fois l’amour que j’avais pour mes parents était plus important que tout et j’acceptais donc de faire ce qu’Aro me demandé. Ce qui avait été son projet depuis le début, je le comprenais alors.

Un mois avait passé, je ne connaissais toujours pas la mission qui m’avait été confié. Nous savions juste que Forks était notre destination et que pour plus de prudence, je n’aurais connaissance que de ma mission qu’une fois sur place. Ce que je ne comprenais pas trop, mais on m’avait clairement fait comprendre que les raisons ne me regardait pas et que je n’étais qu’un pion dans cette histoire, qu’il fallait juste que je mène à bien ma mission, que la vie de mes parents en dépendait. Que ce n’était pas parce que nous nous trouverions loin de Voltera, que le clan n’aurait pas le contrôle de nos vie.

Une semaine plus tard, nous emménagions à Forks. Ce n’était pas une ville que je trouvais charmante J’avais eu l’occasion d’en voir tellement, mais je savais aussi que je n’étais pas là pour ça, aussi cela me paru-t-il futile. Avant mon départ, on m’avait remit une enveloppe et j’avais pour ordre de ne l’ouvrir qu’une fois arrivé. Une fois que nous fûmes installés, c’est avec mes parents que je l’ai ouverte. Il était questions de séduire une jeune hybride tout comme moi, afin de la rallier à la cause des Volturi. Cette jeune fille ce prénommé Renesmée Cullen et elle vivait à Forks avec sa famille. Je n’avais pas beaucoup plus de détail, juste une représentation papier. Regardant mes parents, je leur ai juré de mené à bien cette mission afin que nous restions toujours ensemble, pour eux, pour nous, pour notre famille. Le reste n’avais pas d’importance, je ne voulais pas chercher à savoir le pourquoi, seulement me concentrer sur le comment. Ce n’était pas que les questions ne se posé pas à moi. Mais je me souvenais de ce que m’avait dit Heidi un jour « tu ne dois te focalisé que sur l’objectif que tu t’es fixé et rien d’autre ». C’était au tout début de ma formation. Et c’était bien ce que j’avais décidé de faire et il m’était devenu évident que si je m’interrogais sur les raisons de cette mission, cela ne pourrait que me détourner d’elle et cela au détriment de la vie de mes parents, aussi me fis-je un devoir d’oublier mes questionnements.

Aujourd’hui, j’ai intégré le Lycée de Forks, comme un étudiant tout à fait normal et je fais tout pour mener à bien la mission qui m’a été confié. Je sais que cela ne sera pas évident, sinon pourquoi aurait-on eu besoin de moi. Je ne sais pas encore ce qui m’attends, mais je sais que c’est encore une nouvelle vie qui commence, mais avec des enjeu beaucoup plus important pour ceux que j’aime.

(La suite de l'histoire est à écrire avec vous)


Caractère


L’éducation qu’on reçoit est un des fondements qui définit notre caractère. L’amour et l’affection que j’ai reçue de mes parents on fait de moi le jeune homme que je suis aujourd’hui.

Je suis curieux de nature, de par mes nombreux voyages. Je suis aussi déterminé, quand je commence quelque chose je fais tout ce qui est en mon possible pour y parvenir et je me donne les moyens d’y parvenir et ne laisserais personne se mettre en travers de ma route. Je suis quelqu’un d’attentionné mais je peux me montrer rancunier. Je pourrais paraître froid au premier abord, pourtant je suis un jeune homme ouvert aux autres et sociable. Je n’ai jamais eu l’occasion de vraiment me lier d’amitié avec une personne, en dehors de celle que j’ai considérée comme ma sœur.

Je sais aujourd’hui d’où viennent mes facilités à plaire aux autres et je sais que cela ne changera pas, mais aujourd’hui je sais qu’elle but cela doit servir et rien ni personne ne pourra me détourner de la mission que l’on ma confier et de ce que je me suis promis de protéger. Pour moi, il n’y a rien de plus important que ma famille et je ferais tout pour eux.



Vous


*Prénom ou Pseudo: Audrey
*Âge: plus vieille que vous c'est sur
*Expérience Rpg ( Depuis quand? Quel type de rpg?etc..): une peu plus de 6 ans

*Comment avez vous trouvé le forum?: Par sa fondatrice, nous sommes très proche Wink
*Avis~suggestion~Commentaires: ce forum est vraiment super beau, que dire de plus je l'adore <3
*Présence sur le forum: 5/7jours

*Code du forum:
Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jesse Black


Localisation : La Push
Don : Attend je réfléchis !

Messages : 60
Date d'inscription : 28/01/2012
MessageSujet: Re: Aaron Nathanaël Wilde; sa vie   Dim 29 Jan - 18:27

Bon courage pour la suite de ton histoire et au plaisir de te croiser lors d'un rp.


Ps (mode dans la peau de son perso) : reste bien loin de la copine de mon cousin sinon t'as moi ! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aaron N.Wilde
Admin charmant ♫


Localisation : Forks
Messages : 124
Date d'inscription : 15/12/2011
MessageSujet: Re: Aaron Nathanaël Wilde; sa vie   Jeu 16 Fév - 15:23

Et bien je crois que cela va faire plaisir a une certaine personne de voir qu'enfin j'ai terminé mon histoire. Je m'excuse vraiment du retard et vous pris de ne pas prendre exemple sur moi sur ce point.

Hâte de pouvoir jouer avec chacun de vous et bonne lecture à tous.

. . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Fonda au grand coeur ♥


Messages : 333
Date d'inscription : 19/12/2011
Age : 22
MessageSujet: Re: Aaron Nathanaël Wilde; sa vie   Jeu 16 Fév - 18:02

Ah!!!!!!!!!!!!!! Aaron enfin Smile Smile
J'adore

Je te valide donc dès maintenant

Amuse toi bien avec ce perso, il ne te reste plus qu'a faire ta fiche de rp et de lien.

XoXo Nessie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-shadows.forumtwilight.fr
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aaron Nathanaël Wilde; sa vie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aaron Nathanaël Wilde; sa vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OSCAR WILDE : Le portrait de D.G., pièces, adaptations, citations...
» WILDE, Oscar
» [Wilde, Oscar] Le portrait de Dorian Gray
» LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY d'Oscar Wilde
» "Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles" de Gyles Brandreth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight rpg- Twilight Shadows :: Votre personnage :: Présentation des personnages :: Fiches de présentation validées-